Métamorphose(s) : Marc Didou en son jardin

Sa sculpture dédiée à Juliette Drouet et installée près du Couvent des Urbanistes à Fougères, " Ici mille baisers ", nous a déjà séduits. Son exposition d'été vous envoûtera. Spécialement conçue pour " habiter " le jardin public de Fougères, métamorphose(s) sera le support rêvé pour laisser vagabonder votre imaginaire.
Du 1er juin à mi-septembre (journées du Patrimoine) : Inauguration vendredi 1er juin. Accès libre au jardin public, aux horaires d'ouverture d'été de 8h à minuit.

Comme il l'avait fait pour disposer Juliette dans son square éponyme, Marc Didou est venu arpenter les allées du jardin public pour imaginer cette présentation unique. Imprégné du lieu, de sa lumière et de ses circonvolutions, c'est avec une précision teintée de beaucoup de poésie qu'il a conçu Métamorphose(s). Il le dit lui-même : " Situé sur les hauteurs de la ville, le jardin public de Fougères est un belvédère qui s'ouvre à l'infini. Sa perspective porte la vue vers l'horizon, cette ligne paradoxale à la fois présente et imaginaire, dont le dessin se forme et se défait simultanément dans le jeu des mouvements et selon la place de l'observateur ". L'exposition Métamorphose(s) rassemblera quatre groupes de sculptures spécialement choisies en fonction du lieu qui les accueillera :

Echos : " Écho contre ciel ", à l'entrée du jardin, dialoguera avec la lumière du soleil réfléchie sur la base miroir d'un socle du XIXe. En contrebas, dans le jardin inférieur clos de haies denses et inextricables, " Écho de fer tissé " se mêlera à la sonorité des jeux d'eau du bassin, tandis que " Écho résonance " répondra secrètement à sa réplique en occupant le vide laissé par l'ornement d'une colonne brisée.

Spectrales : sur la promenade du belvédère face à l'horizon, 'Praxitèle pixels' se déclinera en quatre variations, laissant libre l'observateur de focaliser son regard sur la figure d'un antique de Praxitèle, sculpteur grec dont l'oeuvre n'est célébrée qu'à travers des reproductions.

Contreciels : sur l'esplanade, au pied du kiosque, " les Sabliers de ciel " seront à la fois les réceptacles et les émetteurs d'une lumière à l'intensité paradoxalement plus haute que la source ; illusion d'un redoublement de clarté dû à l'effet des contrastes et des phénomènes optiques.

Oléoducs : sur les pelouses à proximité d'arbres d'essence rare, " Petroleum reversus " et " Pipeline fossilis " formeront un arboretum de nature humaine. L'ensemble, très représentatif de son travail, permet de se plonger dans l'univers de cet artiste, à la fois sculpteur, magicien, poète et technicien hors-pair !

Retour à la liste



CONTACTEZ-NOUS

Par téléphone au +33 (0)2 99 94 12 20 ou  LAISSEZ-NOUS UN MESSAGE